Prix AEC - Gagnants 2016-2017

L’activisme est l’affaire d’une vie

Lauréate de la bourse OceanPath 2016 souriante

La professeure Rebecca Tiessen est entrée à la Faculté des sciences sociales de l’Université d’Ottawa à l’été 2013 et a immédiatement choisi d’intégrer l’Apprentissage par l’engagement communautaire (AEC) dans ses cours.

Son travail exige énormément d’organisation et d’échanges avec les  ONG d’Ottawa qui ont un élément d’égalité des sexes dans leurs activités de développement international. L’automne dernier, elle a inclus à son cours Gender, Security and Development (DVM 6113) une composante AEC dans le but d’étudier les problèmes de genre et de développement et un cadre théorique féministe. Les étudiants et les étudiantes ont pu choisir parmi les organismes proposés celui qui correspondait le mieux à leurs préférences de sujets de recherche. La professeure a ensuite organisé une conférence pour que les étudiants puissent présenter leurs travaux à un public composé d’universitaires et de représentants d’importants organismes canadiens de développement.

Pour Rebecca Tiessen, le programme d’apprentissage par l’engagement communautaire est essentiel à une formation complète, qui doit comprendre l’apprentissage, l’application des connaissances acquises et la collaboration avec des gens en dehors de l’Université. Il permet de réduire le fossé qui sépare la salle de classe et le terrain. « Les étudiants comprennent l’importance d’apprendre de professionnels, de mettre en pratique ce qu’ils ont appris en classe et de se retrouver dans un environnement propice au réseautage », soutient-elle.

La théorie semble parfois trop abstraite pour être mise en pratique. Les concepts tels que l’égalité des sexes, le féminisme, les masculinités et la violence sexiste sont connus, explique-t-elle, mais l’AEC permet aux étudiants d’associer ces concepts et la réalité des gens marginalisés ou subissant de l’oppression, de la violence ou des inégalités.

Rebecca Tiessen définit l’engagement communautaire comme une interaction qui aide à comprendre les besoins, les priorités, les contraintes et les perspectives d’une organisation, localement et globalement. C’est une activité qui doit se poursuivre au-delà des 30 heures d’engagement communautaire prévues dans un cours : « Le travail bénévole et l’engagement communautaire sont l’affaire d’une vie; ils contribuent à la création d’une société forte et démontrent l’engagement d’un individu envers sa communauté. » Elle croit aussi qu’il faut prêcher par l’exemple : elle s’occupe des bénévoles étudiants au Réseau des femmes, de la paix et de la sécurité et plusieurs d’entre eux ont continué à servir la communauté à la fin de leur placement dans le cadre du programme AEC.

Selon Mme Tiessen, un bon leader en engagement communautaire doit être polyvalent, ingénieux et dévoué. Elle veut continuer à offrir le volet d’apprentissage par l’engagement communautaire et chercher à mieux intégrer l’expérience vécue par les étudiants au contenu du cours pour favoriser des réflexions et des discussions continues.

Grâce à son extraordinaire dévouement et à ses efforts pour enrichir l’apprentissage par l’engagement communautaire tout en appuyant des organismes de défense de l’égalité entre les sexes et des droits des femmes au Canada, la professeure Rebecca Tiessen remporte le Prix de l’AEC pour contribution professorale exceptionnelle de cette année.

Haut de page