Recevoir plus que ce que l’on donne : l’expérience d’une étudiante espagnole pendant son échange à l’Université d’Ottawa

Publié le mardi 16 avril 2019

Portrait of d'une étudiante espagnole en échange Maria Gomez Regalado

Inspirée par sa grand-mère qui a besoin de compagnie dans son pays d’origine, Maria Gomez Regalado, une étudiante au baccalauréat en traduction et en musique à l’Université de Grenade, en Espagne, a voulu s’impliquer auprès des personnes âgées pendant son séjour à l’Université d’Ottawa en 2018-2019. Dans le cadre de son cours FLS 2791 – De la salle de classe à la communauté : apprentissage du FLS par le bénévolat, elle a choisi de participer à un placement à titre de visiteuse amicale en français au foyer de soins de longue durée Garry-J.-Armstrong.

Les responsabilités de Maria pendant son placement étaient variées. Elle faisait des promenades avec les résidents les plus isolés et discutait avec eux. Elle aidait également les résidents lors des repas, dont une dame qui n’était pas en mesure de se nourrir toute seule. Une des résidentes l’a beaucoup touchée : même si elle ne pouvait plus parler, elle était reconnaissante à Maria de lui chanter des chansons et de jouer du piano pour elle. Son bonheur était palpable et son sourire, contagieux!  

Maria considère que le bénévolat est plus qu’un simple outil pour décrocher plus tard un emploi. Selon elle, l’engagement communautaire a pour but de lutter contre les injustices, de prendre du recul pour voir les choses autrement et de se sensibiliser aux enjeux sociaux. C’est pourquoi elle souhaite un jour travailler au sein de l’Organisation des Nations Unies comme traductrice.

Si Maria décide de demeurer plus longtemps à Ottawa, elle aimerait participer à d’autres placements offerts par le Centre, car il n’y a pas de ressources semblables à son université d’attache, à Grenade, pour faire du bénévolat ou s’exercer en français. Son expérience au foyer Garry-J.-Armstrong lui a permis non seulement de perfectionner ses compétences linguistiques, mais aussi de nouer des liens d’amitié. Bien qu’elle ait eu quelques difficultés à obtenir son attestation de vérification de casier judiciaire au Canada (une étape nécessaire pour les étudiants en échange qui veulent faire du bénévolat), elle encourage fortement tous les étudiants et étudiantes à s’impliquer dans la communauté. À son avis, on en retire beaucoup plus que ce que l’on donne, même si notre but premier est l’inverse.

Par : Andrew Heath

Haut de page