Un placement sur la colline du parlement oriente les choix d'une étudiante

Publié le jeudi 19 juillet 2018

Étudiante debout devant un mur blanc, souriante

Après avoir changé de programme pour poursuivre des études en science politique à l’Université d’Ottawa, Danna El-Arab, étudiante de deuxième année, s’est trouvée dans le cours intitulé POL 2101Introduction to Canadian Politics, donné par le professeur André Lecours. Étant donné que ce cours offrait une option d’apprentissage par l’engagement communautaire (AEC), l’étudiante n’a pas hésité à tenter sa chance. « Comme je venais tout juste de changer de programme, l’option d’AEC représentait pour moi l’occasion rêvée de faire du bénévolat dans mon nouveau domaine d’études, » explique-t-elle. « En plus, j’ai pu m’engager dans la communauté tout en creusant les notions apprises en salle de classe. »

Elle a choisi le poste d’adjointe administrative dans le cabinet parlementaire de la députée Jenny Kwan, porte-parole néo-démocrate en matière d’immigration. Dans ce rôle, Danna a acquis de l’expérience pratique en observant la façon dont chaque membre du cabinet contribue à ce dernier. Ses tâches comprenaient notamment la saisie et l’analyse de données, la rédaction d’ébauches de réponses aux lettres des électeurs, la synthèse de rapports par des organismes intervenants et une assistance dans la préparation de rapports présentés aux comités. Par ailleurs, notre étudiante affirme avoir développé des compétences qui lui seront utiles tant à l’université que dans sa profession. Le placement lui a également permis de découvrir certains enjeux sociaux.

En apportant un soutien à Mme Kwan dans son travail relatif à l’immigration et la citoyenneté, Danna a éveillé en elle une passion pour ce domaine. Elle souhaite explorer d’autres postes semblables. Bien que son placement d’AEC ait pris fin l’hiver dernier, l’étudiante continue à faire du bénévolat pour le cabinet de Mme Kwan. « J’espère pouvoir continuer à appuyer ma communauté en acceptant d’autres occasions de bénévolat offertes par le Centre Michaëlle-Jean pour l’engagement mondial et communautaire », affirme-t-elle. « Ces occasions me plaisent et me permettent d’apprendre du nouveau. »

Haut de page