Bénévole du mois - Récipiendaires pour 2018-2019

Sur cette page, vous rencontrerez certains des gens dévoués et inspirants qui font une différence et ont un impact positif sur les gens autour d'eux et sur leur communauté.

Octobre 2018 - Christopher McDonell​​

Photo de visage de Christopher McDonell
Musique et médecine font bon ménage pour le bénévole du mois

Étudiant en médecine, Christopher a consacré 30 heures de bénévolat au Centre Glebe à l’hiver 2018 dans le cadre du Programme d’apprentissage par l’engagement communautaire de l’Université d’Ottawa, et ce, afin de répondre à une des exigences de sa première année d’études. La description du programme de musique et mémoire du Centre Glebe l’a attiré, d’une part, par son volet musical et d’autre part, par son aspect gratifiant.

Au sujet du placement, Christopher affirme qu’il a « beaucoup appris en matière de communication, pas nécessairement pour ce qui est de l’aisance à parler en public, mais plutôt de l’écoute ». Le temps qu’il a passé avec des aînés du centre lui a en effet permis de les mettre de meilleure humeur en écoutant de la musique et d’apprendre à interpréter leur langage non verbal. Cet aspect était très important, en particulier avec les résidents qui se trouvaient dans les derniers stades de la maladie d’Alzheimer et avaient de la difficulté à parler.

À ses yeux, la beauté de son placement réside dans les petits moments vécus avec certains aînés. À la fin du trimestre, il a continué de faire jusqu’à cinq heures de bénévolat par semaine dans une unité sécurisée pour les personnes atteintes de démence. Il y offrait du soutien à des résidents qui avaient divers troubles de comportement liés à la démence, y jouait un peu de piano et passait quelques heures avec eux. Une résidente, dont la maladie devenait de plus en plus envahissante, se mettait à son diapason chaque fois qu’il jouait un morceau bien précis; elle se laissait transporter par la musique et oubliait ses soucis.

Étudiant jouant du piano pour deux personnes âgées

Pour Christopher, le bénévolat représente une partie importante de ses études en médecine, car il l’a aidé à choisir un programme de résidence. « Il s’agit d’une décision d’une grande importance. On s’engage généralement à vie dans une spécialité. Il faut donc qu’elle soit intéressante et inspirante », explique-t-il. Son placement au Centre Glebe lui a fait découvrir le monde de la santé mentale et l’importance d’exercer la médecine dans un domaine à la croisée du corps et de la personne.

Son conseil à ceux qui songent à faire du bénévolat? N’y pensez pas trop. Comme bien des choses dans la vie, c’est comme sauter d’un plongeoir. Si on s’inquiète trop et si on pense trop à son approche, on n’arrive pas à sauter et on ne sait jamais à quel point c’est plaisant de toucher l’eau. Parfois, il faut simplement se lancer. Pour sa contribution et son engagement exceptionnels, le Centre Glebe l’a nommé bénévole du mois et le Centre Michaëlle-Jean pour l’engagement mondial et communautaire est fier de lui remettre ce titre.

Par : Ines Sayadi


Septembre 2018 - Elise Hamill​​

Étudiante souriante et penchée sur le bureau, interagissant avec deux femmes âgées

Une passion pour le bien-être des aînés

Selon Elise Hamill, étudiante de troisième année au baccalauréat ès sciences sociales spécialisé en science politique, l’engagement communautaire signifie contribuer de façon utile et enrichissante à la communauté.

Pendant ses études secondaires dans sa ville natale de Paris, en Ontario, Elise a commencé à accumuler les 40 heures de bénévolat nécessaires à l’obtention de son diplôme. Cette expérience s’est avérée des plus agréables pour l’étudiante, qui a beaucoup aimé faire don de son temps à Telfer Place, une maison de retraite où elle organisait des activités récréatives pour les aînés. Après avoir constaté l’importance d’interagir avec les personnes âgées, elle désirait continuer dans cette voie. C’est alors qu’une amie l’a orientée vers le Centre Michaëlle-Jean pour l’engagement mondial et communautaire. Elise, qui gardait d’excellents souvenirs de son bénévolat à Telfer Place, a décidé de faire à l’été 2018 un placement à la maison Carefor pour les personnes atteintes de démence.

« Je ressens beaucoup d’empathie et de compassion envers les personnes âgées, leur famille et leurs aidants, » déclare la jeune femme. Pendant son placement à Carefor, elle a appris que les aînés se sentent souvent isolés. Elle était donc très heureuse de les côtoyer tous les jours et de faire partie de leur vie.

Elle décrit les membres du personnel de Carefor comme étant très aimables et accueillants. Par exemple, ils lui ont beaucoup appris au sujet de la démence et ses effets physiques et mentaux. Elise a collaboré avec le personnel pour améliorer le bien-être physique et mental de chaque patient, que ce soit dans un contexte individuel ou en groupe, en les encourageant notamment à participer à des activités de mise en forme, de cuisine et de bricolage.

L’activité la plus marquante pour Elise a toutefois été de jardiner avec les personnes âgées. Ensemble, ils ont fait pousser des légumes et des fleurs, veillé aux soins quotidiens des plantes et fabriqué eux-mêmes des décorations pour le jardin. Participer à de telles activités aide les pensionnaires à trouver un sentiment d’appartenance, d’amour et d’accomplissement. De son côté, Elise a passé beaucoup de temps avec les aînés et en a appris davantage sur eux, leur famille et sur ce qu’ils chérissent le plus.

Étudiante debout souriante devant un jardin

Lorsqu’interrogée sur sa décision de choisir un placement dans un centre pour aînés au lieu d’un endroit plus étroitement lié à ses études, Elise répond qu’il est important de cultiver ses intérêts personnels et de trouver un juste équilibre. « La principale raison pour laquelle je fais du bénévolat, c’est parce que j’aime ça. Je sens aussi que je fais une différence. D’un autre côté, le bénévolat est un excellent moyen de renforcer son CV, d’obtenir des références et d’acquérir des compétences utiles pour l’avenir, comme lors d’une recherche d’emploi. » Selon elle, les bénévoles doivent être disposés à vivre de nouvelles expériences et à surmonter les défis en plus d’être dynamiques, de croire en la mission de l’organisme et de faire don de leur temps. D’abord et avant tout, leur compassion envers autrui et leur capacité de mettre les besoins de la communauté au premier plan doivent transparaître.

Elise encourage tous les étudiants à faire du bénévolat. « Vous faites une différence dans la vie des gens auprès desquels vous faites du bénévolat, et ceux-ci sont reconnaissants de recevoir une aide précieuse. Le bénévolat nous permet de vivre des expériences variées et nous ouvre plusieurs portes lorsque vient le moment de quitter l’université. »

La maison Carefor cherche toujours des bénévoles passionnés. Pour obtenir de plus amples renseignements, ouvrez une session sur le Navigateur de l’engagement communautaire ou communiquez directement avec le personnel de Carefor.

Pour ce qui est de l’effet du bénévolat sur l’avenir d’Elise, cette dernière affirme que son placement lui a fait découvrir une passion pour les enjeux liés aux aînés et qu’elle désire militer pour cette population. Afin de célébrer son enthousiasme et son dévouement dans son travail pour enrichir la vie des personnes âgées, le Centre Michaëlle-Jean est heureux de faire d’Elise Hamill sa bénévole du mois.

Par : Zhongjun Huang

Haut de page