Récipiendaire Aéroplan - Isabelle Boileau

 Isabelle Boileau : le bénévolat, de quoi vous donner des ailes

Isabelle

Isabelle Boileau – notre bénévole du mois de janvier – connaissait déjà bien l’engagement au niveau local. Fonceuse née, elle était à la recherche d’un prochain défi à relever et, n’ayant jamais voyagé à l’international, le bénévolat dans des contrées lointaines semblait une évolution naturelle à son parcours personnel. « J’étais attirée au Programme d’entraide Aéroplan, parce que je voulais m’engager à l’étranger. J’avais fait beaucoup de bénévolat dans ma communauté, et je voulais apporter ce que j’ai appris ici plus loin. Mais je savais aussi que j’y gagnerais quelque chose. »

L’étudiante de quatrième année en sciences de la santé à l’Université d’Ottawa a été l’une des cinq récipiendaires du Programme d’entraide Aéroplan en 2015. Grâce aux dons généreux de milles Aéroplan, Isabelle s’est rendue à Bogota, en Colombie, où elle a passé un mois auprès de femmes âgées dans un centre de soins. Là-bas, elle s’est donné pour mission de fournir des soins de base à ces femmes, d’abord en les aidant à se nourrir et à se loger, mais aussi en leur distribuant les médicaments dont elles avaient besoin. Ses tâches, qui visaient à créer le climat le plus rassurant et encourageant possible pour les clientes du centre, incluaient même des cours de yoga adaptés aux personnes âgées, qui la surnommaient affectueusement « Madame Yoga ».

« Je savais que je voulais travailler avec une population vulnérable. Le contact humain est très important », dit-elle. « Ce qui m’a intéressé de la Colombie en particulier était le fait que c’était une toute nouvelle culture à explorer. Autant sur le plan des traditions que des personnes que j’ai rencontrées, j’ai vécu une expérience enrichissante inoubliable. »

Le Programme d’entraide Aéroplan lui a donné bien plus qu’un coup de pouce : il s’agissait véritablement d’une porte d’entrée vers un placement qui lui aurait autrement été exclu. « Je crois franchement que sans ce billet d’avion octroyé par le programme d’entraide Aéroplan, je n’aurais pas eu les moyens d’y aller », affirme-t-elle. « Sans cet appui, ça aurait été impossible. » Elle mentionne aussi à quel point les bienfaits de ce programme vont au-delà d’un simple soutien financier. « Pour l’estime de soi, la réception d’une telle bourse est un vrai vote de confiance. Ça te donne un boost, te rendant fière et te motivant à continuer de t’impliquer davantage. »

Loin de demeurer un cas isolé, le parcours d’Isabelle démontre la mesure dans laquelle de telles bourses sont indispensables à l’expérience étudiante à l’étranger, compte tenu notamment de la hausse constante des frais de scolarité au Canada. L’étudiante signale sa reconnaissance au Centre, et surtout, sa fierté d’en être une ambassadrice. Ses placements antérieurs ont d’ailleurs pavé le chemin pour son expérience colombienne. « Le leadership, l’autonomie, la créativité – ce sont toutes des compétences que j’ai acquises en faisant du bénévolat », déclare-t-elle. « La seule difficulté était la langue. Par contre, ma personnalité et mon attitude me permettaient de bien interagir. Par ta présence même, par ton sourire et ta chaleur, tu peux faire une différence. »

Quoiqu’elle reconnaisse l’accent que placent ses professeurs sur le développement d’une perspective internationaliste, pour elle, rien ne peut remplacer l’implication pratique sur le terrain : « C’est un enrichissement, dans tous les sens. Sur place, tu comprends mieux l’expérience humaine que si tu étais isolée en classe. » C’est ainsi qu’elle encourage tous ses collègues à s’impliquer, dans la mesure du possible.

Somme toute, son expérience en Colombie lui a fait comprendre les nombreux bienfaits de l’engagement à l’étranger qui, selon elle, se manifestent dans les deux sens. « Quand tu t’impliques ailleurs, tout le monde est gagnant », dit-elle.

Selon Isabelle, c’est une question d’universalité. « Autant en Colombie qu’au Canada, les gens souhaitent seulement recevoir de l’amour de leur prochain. »

*****

Donnez de vos milles Aéroplan pour aider des étudiants de l’Université d’Ottawa à se déplacer aux quatre coins du monde afin de participer à d’importants projets de service communautaire. Vos milles inutilisés pourraient leur permettre d’aller dans le nord du Canada, en Chine, ou encore au Ghana ou au Guatemala.

Donnez maintenant

 

uoCal | Événements

Tweets

Haut de page