Résultats des projets

Projets 2017

Justina, habiller pour le froid, debout sur un lac enneigé avec des montagnes et arbres enneigés dans l’arrière-plan| Justina, dressed for the cold, standing on a snow-covered lake with snow-covered mountains and trees in the background

En mai 2017, Justina Marianayagam, étudiante de troisième année à la Faculté des sciences de la santé, s’envolera vers Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, pour un stage non rémunéré en santé publique à l’Institut de recherche en santé circumpolaire. L’Institut est un organisme sans but lucratif indépendant qui travaille à la résolution de divers problèmes collectifs, et notamment à l’édification d’un système de santé et de services sociaux respectueux sur le plan culturel.

Justina analysera les politiques du projet d’accès à la médecine autochtone pour les patients des centres médicaux des T. N.-O, qui vise à s’assurer que les patients ont accès à des soins traditionnels dans un environnement respectueux de leur culture, et ce, dans tous les centres médicaux des T. N.-O. En articulant son projet autour de l’accès des patients, des questions de responsabilité et de la collaboration entre professionnels de la santé, guérisseurs traditionnels et gouvernance, l’organisme souhaite encourager un examen des hôpitaux, des politiques en matière de santé et des statuts juridiques à l’échelle du Canada pour favoriser l’accès à la médecine traditionnelle.

Originaire de Yellowknife, Justina s’appuiera sur sa recherche et son expérience acquise lors de stages préalables. L’étudiante espère prêter sa voix aux innombrables autochtones qui résident dans les communautés éloignées du Canada en faisant valoir leur culture et en l’intégrant aux centres de médecine occidentale des T. N.-O., ce qui favorisera des retombées positives en santé pour ces communautés.


Portrait de Lydia Yilma | Headshot of Lydia Yilma


En mai 2017, Lydia Yilma, étudiante à la maîtrise en anthropologie, se rendra à Addis-Ababa, en Éthiopie, afin de travailler bénévolement auprès du Centre Joy pour les enfants autistes. Établi en 2002 par le Fondation Nia, le Centre est le premier du genre à voir le jour en Éthiopie. Ses bénévoles participent aux activités quotidiennes et contribuent à s’occuper des enfants atteints de problèmes de comportement. Comme Lydia parle couramment la langue locale, soit l’amharique, elle observera les routines et les activités du Centre, en plus de réaliser des entretiens détaillés avec les parents qui s’y présentent avec leurs enfants. Pendant son séjour, elle compte en apprendre plus sur le quotidien des familles, leurs efforts pour avoir accès à des soins et leur conception de l’autisme. Son travail bénévole auprès du Centre contribuera à prendre soin des familles touchées. Elle espère que ses recherches mèneront à une meilleure compréhension de certains  facteurs stigmatisant, et permettront d’identifier  de nouvelles thérapies, méthodes de soins et d’éducation  non stigmatisant es.  De telles  recherches contribueront à la compréhension de l’autisme en Éthiopie.


Portrait d'Alexandria Clark | Headshot of Alexandria Clark

En juin 2017, Alexandria Clark, étudiante de quatrième année au baccalauréat bidisciplinaire en science politique et communication à la Faculté des sciences sociales, effectuera un stage coop non rémunéré au Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à Paris, en France. En s’appuyant sur ses recherches préalables en la matière, elle tentera de mieux comprendre les défis que doivent relever les migrants de l’Afrique de l’Ouest qui traversent la Méditerranée pour rejoindre l’Union européenne; elle se penchera sur leur trajet, leur sécurité et les motifs qui les incitent à quitter leur chez-soi. Ses constats serviront à guider le travail de l’OCDE pour dégager des solutions concernant les enjeux de sécurité, les guerres civiles et l’insurrection de groupes militants. Ses efforts pourraient également contribuer à déterminer le type de services que les organismes doivent offrir aux réfugiés, aux migrants et aux personnes déplacées dans l’espoir d’apporter des changements sociaux positifs et de résoudre des problèmes qui touchent des centaines de milliers de réfugiés.


Portrait de Katyanna Menard | Headshot of Katyanna Menard


Katyanna Menard est étudiante de troisième année au programme de baccalauréat en sciences infirmières. En juillet 2017, elle s’envolera vers Cusco, au Pérou, pour prendre part au programme médical de l’organisme International Volunteer HQ. Ce programme permet aux bénévoles qualifiés du secteur de la santé de travailler aux côtés d’infirmières et de médecins pour prodiguer des soins aux familles à faible revenu dans des cliniques et des hôpitaux aux ressources financières et humaines insuffisantes. En tant que bénévole, Katyanna partagera son temps entre les cliniques, les hôpitaux et le milieu communautaire pour analyser les besoins des patients et aiguiller ceux-ci vers les ressources appropriées. Forte de ses quatre années de bénévolat auprès de L’Hôpital d’Ottawa – où elle a notamment été ambassadrice auprès des patients au Centre de cancérologie, aidé les proches de patients aux soins intensifs et prodigué des soins aux patients en oncologie – et de ses stages cliniques en sciences infirmières, Katyanna est sûre que son expérience lui sera d’une grande utilité pendant son aventure péruvienne. Elle espère que cette occasion l’aidera à mieux comprendre le secteur de la santé publique au Pérou et de redonner à la communauté de Cusco.


Portrait de Julie Patry | Headshot of Julie Patry



Julie Patry, étudiante de troisième année en sciences infirmières, se rendra elle aussi à Cusco, au Pérou, en juillet 2017. Également affiliée au programme médical d’International Volunteer HQ, elle fera du bénévolat dans une clinique ou un hôpital, selon les besoins. Le projet auquel elle participe vise à faciliter l’accès aux traitements pour les familles défavorisées et à diminuer le temps d’attente pour recevoir des soins de santé. En plus d’offrir de son temps, Julie compte amener du matériel médical à sa destination. Elle s’attend à ce que les techniques apprises pendant ses études à l’Université d’Ottawa et son stage clinique l’aident dans le cadre de son projet de bénévolat, tout en espérant retirer de celui-ci une précieuse expérience professionnelle sur le terrain et l’occasion de s’épanouir sur le plan personnel.


Projets 2016

 

Danielle Norbert, étudiante à la Faculté des sciences sociales, a fait son deuxième stage coop au Nicaragua. Grâce au billet d’avion du programme d’entraide d’Aéroplan, elle a pu atténuer l’impact sur son budget de ce stage non rémunéré auprès de l’organisme communautaire FUNDACCO. Pendant son placement, elle a animé un camp d’été pour enfants dans le quartier Edgar Lang de Managua, organisé des ateliers de formation pour les membres de coopératives d’épargne et de crédit, et élaboré un cours d’anglais de base pour les employés de FUNDACCO.

 


Grâce au programme d’entraide Aéroplan, Aleksandar Brezar, étudiant à la Faculté de médecine, a obtenu un billet d’avion pour aller faire un stage clinique non rémunéré en Afrique du Sud en février 2017. Il travaillera au nouvel hôpital de Khayelitsha, construit afin de désengorger les autres hôpitaux du Cap. En réalisant ce stage, Aleksandar espère donner un coup de main aux équipes de soins et favoriser le partage des connaissances sur les pratiques médicales. Pour l’instant, il cherche à recueillir des fonds ou des fournitures médicales (surtout des pansements), celles-ci étant en grande demande dans ce centre de traumatologie. Le jeune homme n’en est pas à sa première expérience de bénévolat : il a siégé comme représentant de la population au conseil d’administration du Centre de santé et des services sociaux (CSSS) de Gatineau, et il s’implique auprès du Bureau des affaires francophones de la Faculté de médecine dans l’organisation de mini-cours de médecine pour les étudiants du secondaire et de l’Université. Récemment, il a effectué un stage en médecine familiale à Iqaluit, au Nunavut.




Victoire Kpadé poursuit un baccalauréat en sciences avec majeure en biochimie et mineure en sciences de la santé à la Faculté des Sciences. Elle partira pour trois mois au Ghana en tant qu’assistante médicale bénévole auprès de la clinique internationale du West Africa AIDS Foundation (WAAF). Elle aura pour tâche d’accueillir les patients, d’obtenir leurs antécédents médicaux, de prendre en note leurs symptômes, de mesurer leur taille, leur poids et leurs signes vitaux, puis de préparer leur chambre. La mission de WAAF consiste à lutter contre la propagation et les effets du VIH et du sida, de la tuberculose et d’autres maladies transmissibles, en fournissant des soins et du soutien aux communautés.

 



Hannah Adam, étudiante à la Faculté d’éducation dans le programme Teacher Education, a utilisé ses milles Aéroplan pour se rendre en juin en Tanzanie, où elle a fait du bénévolat pendant plus de trois semaines auprès de TEMBO, un organisme caritatif qui recrute des enseignants volontaires pour un camp d’anglais. Ce dernier a pour but de favoriser l’apprentissage de cette langue, ainsi que des mathématiques et des sciences sociales, aux filles qui sont sur le point d’entamer le secondaire, afin de faciliter leur intégration dans un système d’éducation entièrement anglophone. Pour Hannah, le service international n’est pas nouveau : elle avait déjà accompli un travail humanitaire en groupe en République dominicaine.

 

Haut de page