Pour une adaptation réussie : quelques leçons d’un voyage aux abords du lac Victoria, en Tanzanie

Arrivée d’un autre établissement, Robin Green est étudiante de deuxième année au programme d’études des conflits et droits humains de l’Université d’Ottawa. Sa passion pour l’équité et l’égalité, de même que sa fascination pour les autres cultures, remontent à sa plus tendre enfance. Au fil des ans, cet enthousiasme a influencé nombre de ses choix, tant sur le plan des études que du bénévolat.

Tandis qu’elle fréquente l’école secondaire, Robin prend part au programme spécialisé axé sur la bienfaisance, travaille dans un refuge pour victimes de violence conjugale et organise un voyage de bénévolat en Virginie avec l’organisme Habitat pour l’humanité. Sa détermination à saisir chaque occasion de bénévolat qui se présente à elle lui vaut le Prix du lieutenant-gouverneur pour l’action bénévole communautaire. Cette ardeur ne se refroidit en rien à l’Université, où elle s’inscrit au programme de droits de la personne et mondialisation de l’Université de Winnipeg et effectue du bénévolat pour la banque alimentaire de l’université, contribue au club des devoirs d’un centre jeunesse de la région et donne des cours de natation à des enfants handicapés. En janvier 2014, elle met ses études en veilleuse pour voyager et effectuer du bénévolat pendant trois mois en Amérique centrale, où elle passe notamment une semaine à enseigner l’anglais dans un petit village hondurien et quatre semaines à contribuer à la conservation de la faune dans la jungle du Costa Rica. « Ce voyage a changé ma vie. J’ai eu la chance incroyable de combiner ma passion pour l’entraide, mes efforts en matière d’égalité et une immersion culturelle intensive. Cette expérience m’a confirmé sans l’ombre d’un doute que je souhaitais transporter ma passion sur la scène internationale », explique Robin.

À l’automne 2014, elle s’inscrit à un programme de service social à Kingston avec l’intention de s’outiller pour venir en aide aux populations défavorisées et marginalisées. Diplôme en poche, elle décide de reprendre le chemin de l’université – mais, d’abord, elle s’attèle à une autre occasion de bénévolat à l’étranger en se ralliant aux CARREFOURs EQWIP, fruit d’un partenariat entre Jeunesse Canada Monde et Youth Challenge International qui travaille à inspirer la jeunesse canadienne à venir en aide à d’autres jeunes issus de pays en développement pour stimuler l’innovation interculturelle, la création de programmes sexospécifiques et le mentorat par les pairs.

Après quelques entrevues auprès de l’équipe des CARREFOURs EQWIP, elle se voit offrir un poste de formatrice et adjointe à la facilitation en Tanzanie. Au fil des mois qui suivent, elle effectue les formations en ligne obligatoires et communique avec le personnel de l’organisme au Canada comme en Tanzanie pour se préparer à sa prochaine aventure. En janvier 2017, elle s’envole pour Mwanza, en Tanzanie.

Son séjour s’entame par une séance d’orientation et de formation au bureau national, à Dar Es Salaam, où elle rencontre d'autres bénévoles et le personnel de l’organisme en Tanzanie. La formation lui en apprend davantage sur l’organisme, ses divers rôles et la nouvelle culture dans laquelle elle commence à s’immerger. Sa formation terminée, elle emménage dans sa nouvelle résidence à Mwanza, une « grande » ville sur les côtes du lac Victoria.

« J’ai rapidement été plongée dans le quotidien de Mwanza et me suis tissé un incroyable système d’entraide composé d’expatriés et de Tanzaniens. J’ai appris à prendre le dala dala (transport en commun) pour me rendre au travail chaque jour et je me suis habituée à marchander au sokoni (marché), m’accoutumant au rythme tanzanien – ne jamais se presser (hakuna matata) – et apprenant à faire les choses un peu différemment (comme les poignées de main qui ne prennent fin qu’au terme d’une conversation). J’ai immédiatement créé un bon contact avec les étudiants, qui avaient soif de découvrir la culture canadienne et de pratiquer leur anglais. J’ai profité de ces liens pour apprendre quelques notions de kiswahili pendant mon séjour. »

Sur place, Robin a souvent l’occasion de travailler avec les jeunes. Son plus grand plaisir est de contribuer à l’organisation des clubs de loisirs. « Au carrefour, il existe quatre clubs – le club des filles et garçons, le club de l’environnement, le club d’anglais et le club d’entrepreneuriat. Dans le club des filles, nous travaillions à donner confiance aux jeunes femmes et à les habiliter à devenir des membres actives de leur communauté – nous organisions notamment des activités de consolidation d’équipe, d’autodéfense et de renforcement de l’estime de soi, ainsi que des présentations sur la Journée internationale de la femme. »

« Mon expérience m’a beaucoup appris sur mes élèves et leur culture, mais aussi sur la nature du travail en développement. J’ai pris conscience de l’extrême souplesse nécessaire pour travailler dans ce domaine et de l’importance de la collaboration pour assurer la réussite et la durabilité d’un organisme. Ma faible connaissance de la langue locale m’a quelque peu limitée dans les occasions qui s’offraient à moi, mais j’ai malgré tout vécu une expérience formidable qui n’a su que renforcer ma motivation à travailler en faveur d’une plus grande égalité pour tous. »

« Je retire de ce pays et de son peuple bien plus que je n’avais imaginé. J’ai gardé contact avec bon nombre de personnes que j’ai rencontrées là-bas, et je suis persuadée que je retournerai bientôt en Afrique de l’Est! Je recommande de tout cœur une expérience à l’étranger – on y apprend tant sur nous et sur le monde dans lequel nous évoluons. Cela dit, il est essentiel de bien faire ses recherches au préalable! Vous devez savoir à quoi vous attendre et vous assurer que l’organisme sur lequel vous arrêtez votre choix se livrer à ses activités pour les bonnes raisons. Prenez soin de vous. Et de grâce… ne faites pas la même erreur que moi – faites attention à ce que vous mangez. Il y aura bien quelques obstacles en cours de route, alors soyez prêts à vous adapter. »

Les CARREFOURs EQWIP recherchent activement des bénévoles aux compétences variées et provenant de divers horizons. Visitez CARREFOURs EQWIP pour plus d’information.

Pour toute question sur le bénévolat auprès des CARREFOURs EQWIP, communiquez avec Robin Green – elle se fera un plaisir de répondre à vos questions.

Haut de page